Accueil > NUCLEAIRE MILITAIRE

NUCLEAIRE MILITAIRE

Dernier ajout : 3 mars.

Depuis que le général de Gaulle a décidé en 1965 de faire de l’île longue la base des forces navales de dissuasion, la rade de Brest est devenue le premier centre de concentration nucléaire du pays.

Fin des années quatre-vingt-dix, la perspective de voir l’activité militaire de Brest se réduire à sa seule dimension nucléaire, la crainte de voir Brest se transformer en "atomic base", nous conduit à nous emparer de la question. Elle deviendra depuis lors l’un de nos thèmes récurrents et donnera l’occasion d’organiser plusieurs débats à Brest :

  • 17 mai 1999, "Le risque nucléaire à Brest", en présence de Michèle Rivasi, députée de la Drôme, ancienne directrice de la commission de recherche et d’informations indépendantes sur la radioactivité (CRIIRad) ;
  • 28 et 29 mai 1999, "La dissuasion nucléaire", animée par Roger Abiven et Louis Aminot ;
  • 9 juin 2000, "Que faire après l’accord des 187 états à New York le 19 mai 2000 ? Quelles conséquences pour la région brestoise ?, en présence de Bruno Barrillot, directeur de l’observatoire des armes nucléaires françaises ;
  • Journée d’étude du 8 avril 2010, "Libérer le monde de l’arme nucléaire", en présence de Jean-Marie Collin, Alain Joxe, Roger Abiven et Bernard Norlain ;

En parallèle, l’UEP participe à l’organisation de nombreuses manifestations et rassemblements, tant contre le nucléaire militaire que civil.

Articles de cette rubrique

  • LE FAOU 2014 CONTRE LE NUCLEAIRE CIVIL ET MILITAIRE

    15 juin 2014

    À mi chemin entre Brennilis, petite centrale électrique dont le démantèlement n’en finit pas, et l’Ile Longue, base des Sous Marins Nucléaires Lanceurs d’Engins, Le Faou fut choisi par le collectif « Nukléel Er Maez » pour marquer le premier anniversaire de Fukushima. Par ce choix le collectif souhaitait rassembler les opposants au nucléaire civil et les opposants au nucléaire militaire.
    La manifestation du 11 mars 2012 connut une réelle affluence, une chaîne humaine imposante. Le site s’avérait (...)

  • L’ABOLITION DU NUCLEAIRE, UNE CAUSE HUMANITAIRE ?

    15 mars 2014

    Le 20 janvier dernier, les parlementaires pour la non-prolifération nucléaire et le désarmement en partenariat avec l’observatoire des armements organisaient au Sénat un colloque international sur l’impact humanitaire des armes nucléaires. Ce colloque, auquel participait l’UEP, s’inscrivait dans le prolongement de la conférence d’Oslo de 2013 qui a lancé au niveau international, une prise de conscience sur les dangers que faisaient courir pour les populations civiles les arsenaux nucléaires. Les (...)

  • L’ACCORD NUCLEAIRE IRANIEN

    15 décembre 2013

    Ainsi l’Iran renonce à l’arme atomique. Sale temps pour les nucléocrates qui tiraient argument de la menace iranienne pour « ne pas baisser la garde nucléaire », comme ils disent.
    On comprend la fureur des faucons israéliens. Alors que l’hypothèque d’une attaque nucléaire iranienne est levée, que l’arme de destruction massive du pauvre de son voisin syrien est désormais sous contrôle, comment justifier le maintien de leur arsenal nucléaire ?
    Et si les grandes puissances mettaient maintenant la même (...)

  • Après la conférence intergouvernementale d’Oslo sur les conséquences humanitaires des armes nucléaires.

    15 avril 2013

    De très nombreux États poursuivent leur action pour une Convention d’élimination des armes nucléaires, soutenue en 2010 par les trois-quarts des pays membres de l’ONU.
    127 d’entre eux étaient présents à Oslo les 4 et 5 mars derniers. Le représentant de la Norvège qui accueillait cette conférence a affirmé que son pays ne disposait pas des moyens nécessaires pour protéger sa population en cas d’explosion d’une arme nucléaire.
    Hélas les cinq grandes puissances nucléaires, dont la France, avaient refusé d’y (...)

  • Don’t bank of the bomb

    15 avril 2013

    Chaque année, les neuf puissances nucléaires reconnues dépensent plus de 100 milliards de dollars en entretien et modernisation de leur arsenal nucléaire.
    Vingt sociétés à capitalisation financière sont particulièrement impliquées dans la fabrication de la bombe. Plus de 300 banques, compagnies d’assurances et fonds de pension financent leurs activités soit par des prêts (P), des prises de participation dans leur capital par achat d’actions (A) ou d’obligations (O), ou encore par émission d’actions (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45