Accueil > NUCLEAIRE MILITAIRE

NUCLEAIRE MILITAIRE

Dernier ajout : 8 mars.

Depuis que le général de Gaulle a décidé en 1965 de faire de l’île longue la base des forces navales de dissuasion, la rade de Brest est devenue le premier centre de concentration nucléaire du pays.

Fin des années quatre-vingt-dix, la perspective de voir l’activité militaire de Brest se réduire à sa seule dimension nucléaire, la crainte de voir Brest se transformer en "atomic base", nous conduit à nous emparer de la question. Elle deviendra depuis lors l’un de nos thèmes récurrents et donnera l’occasion d’organiser plusieurs débats à Brest :

  • 17 mai 1999, "Le risque nucléaire à Brest", en présence de Michèle Rivasi, députée de la Drôme, ancienne directrice de la commission de recherche et d’informations indépendantes sur la radioactivité (CRIIRad) ;
  • 28 et 29 mai 1999, "La dissuasion nucléaire", animée par Roger Abiven et Louis Aminot ;
  • 9 juin 2000, "Que faire après l’accord des 187 états à New York le 19 mai 2000 ? Quelles conséquences pour la région brestoise ?, en présence de Bruno Barrillot, directeur de l’observatoire des armes nucléaires françaises ;
  • Journée d’étude du 8 avril 2010, "Libérer le monde de l’arme nucléaire", en présence de Jean-Marie Collin, Alain Joxe, Roger Abiven et Bernard Norlain ;

En parallèle, l’UEP participe à l’organisation de nombreuses manifestations et rassemblements, tant contre le nucléaire militaire que civil.

Articles de cette rubrique

  • LA BOMBE ATOMIQUE ET SES MYTHES

    8 mars

    2ème mythe : La France siège au Conseil de Sécurité des Nations Unies parce qu’elle possède la bombe atomique.
    1er mythe : consulter les articles 306 et 376
    1- Un peu d’histoire
    La Charte des Nations Unies (ONU) a été adoptée le 26 juin 1945 par la Conférence de San Francisco réunissant tous les pays entrés en guerre contre l’Axe avant le 1er mars 1945 et a précisé le rôle de ses principaux organes dont le Conseil de Sécurité.
    Aujourd’hui le Conseil de sécurité est composé de quinze membres : cinq (...)

  • POUR UN COMBAT COMMUN

    8 janvier

    « On n’ hérite pas de la terre de nos ancêtres , on l’emprunte à nos enfants…. ». Cette phrase, prêtée à Saint-Exupéry , était plus ou moins consciemment ancrée dans la tête des milliers de manifestants exprimant leur mécontentement au lendemain de la démission du ministre de l’écologie. Protestations envers l’absence de mesures concrètes immédiates de la part de nos gouvernants contre les dangers du réchauffement climatique mis en avant par le ministre démissionnaire.
    Cette réaction spontanée de la (...)

  • LA BOMBE ATOMIQUE ET SES MYTHES

    8 janvier

    1er mythe (suite) : Ce sont les bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki qui ont permis d’arrêter la guerre en 1945
    Nous avons vu dans un précédent article que ce ne sont pas les bombes atomiques qui ont mis fin à la guerre avec le Japon, mais c’est l’entrée en guerre des Soviétiques le 9 août 1945 qui a été décisive.
    Mais alors pourquoi ce mythe a-t-il été utilisé et par qui ?
    Pour les militaires US, il fallait montrer que les sommes considérables (l’équivalent de 26 milliards de dollars de 2013) qui (...)

  • LA BOMBE ATOMIQUE ET SES MYTHES

    30 octobre 2018

    "Ce sont les bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki qui ont permis d’arrêter la guerre en 1945"
    Le 6 août 1945, une bombe de 16 kilotonnes est lâchée sur Hiroshima et tue sur le coup 80 000 personnes.
    Le 9 août 1945, une bombe de 20 kilotonnes est lâchée sur Nagasaki et tue immédiatement 70 000 personnes.
    Que se passe-t-il alors à la tête de l’empire Japonais après ces deux bombardements ?
    Quand on voit la vitesse à laquelle, dans nos pays, les autorités réagissent aux attentats ou à une (...)

  • LE DESARMEMENT NUCLEAIRE : UNE NECESSITE POUR L’AVENIR

    30 octobre 2018

    C’est sous ce titre et sur ce thème que le 29 septembre dernier, dans le cadre de sa campagne pour la signature par la France du traité d’interdiction des armes nucléaires voté à l’ONU, le CIAN29 tenait à Brest un colloque. Ce colloque, dans l’organisation duquel l’Université Européenne de la Paix s’est fortement investi, a été suivi tout au long de la journée par une cinquantaine de militant-es de la paix.
    Sont ici repris les points essentiels des interventions de nos trois invités* (Jacques Fath ancien (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35