Accueil > NUCLEAIRE MILITAIRE

NUCLEAIRE MILITAIRE

Dernier ajout : 3 mars.

Depuis que le général de Gaulle a décidé en 1965 de faire de l’île longue la base des forces navales de dissuasion, la rade de Brest est devenue le premier centre de concentration nucléaire du pays.

Fin des années quatre-vingt-dix, la perspective de voir l’activité militaire de Brest se réduire à sa seule dimension nucléaire, la crainte de voir Brest se transformer en "atomic base", nous conduit à nous emparer de la question. Elle deviendra depuis lors l’un de nos thèmes récurrents et donnera l’occasion d’organiser plusieurs débats à Brest :

  • 17 mai 1999, "Le risque nucléaire à Brest", en présence de Michèle Rivasi, députée de la Drôme, ancienne directrice de la commission de recherche et d’informations indépendantes sur la radioactivité (CRIIRad) ;
  • 28 et 29 mai 1999, "La dissuasion nucléaire", animée par Roger Abiven et Louis Aminot ;
  • 9 juin 2000, "Que faire après l’accord des 187 états à New York le 19 mai 2000 ? Quelles conséquences pour la région brestoise ?, en présence de Bruno Barrillot, directeur de l’observatoire des armes nucléaires françaises ;
  • Journée d’étude du 8 avril 2010, "Libérer le monde de l’arme nucléaire", en présence de Jean-Marie Collin, Alain Joxe, Roger Abiven et Bernard Norlain ;

En parallèle, l’UEP participe à l’organisation de nombreuses manifestations et rassemblements, tant contre le nucléaire militaire que civil.

Articles de cette rubrique

  • LE NUCLEAIRE EN RADE DE BREST, PENSER L’APRES...

    3 mars

    Le nucléaire en rade de Brest, penser l’après...
    La signature du traité d’interdiction des armes nucléaires à l’ONU nous conduit à engager dès à présent la réflexion sur l’avenir de la rade une fois délivrée de l’arme nucléaire. Un avenir qui pourrait être radieux et non plus irradié (allusion faite aux travailleurs irradiés de l’île longue et aux menaces de radiations que font planer sur les populations de la rade, en cas d’accident ou de conflit, la présence des sous marins nucléaires, de leurs bombes et de (...)

  • LE PAPE FRANCOIS PREND DES POSITIONS TRES FERMES CONTRE LE NUCLEAIRE MILITAIRE

    3 mars

    En 2017 déjà il s’était fait entendre sur le sujet. Quelle est sa position ?
    1. "Un monde sans armes nucléaires est possible et nécessaire." (1)
    2. Il réfute le concept de dissuasion nucléaire qui menace de destruction nucléaire les villes ennemies :
    "La paix et la stabilité internationales sont incompatibles avec toute tentative de compter sur la peur de la destruction réciproque ou sur une menace d’anéantissement total ." "Notre monde vit la perverse dichotomie de vouloir défendre et garantir la (...)

  • LES ACTIVITES DU CIAN 29

    3 mars

    Le 18 janvier le CIAN (Collectif pour l’Interdiction des Armes Nucléaires) appelait à un rassemblement à Quimper pour dénoncer la surenchère guerrière entre les Etats-Unis et l’Iran. C’était aussi l’occasion de démontrer l’urgence du désarmement nucléaire et de présenter à la presse les actions que nous menons pour que la France signe le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires ( TIAN ).
    Le collectif finistérien s’est engagé dans une campagne de sensibilisation des maires du département pour que leur (...)

  • NUCLEAIRE EN RADE DE BREST, PENSER L’APRES

    5 février

    L’arme nucléaire est condamnée. L’opinion internationale y est largement opposée. A l’ONU 122 pays ont voté pour un traité demandant son abolition. Faisant fi de l’opinion de leur propre population, les puissances nucléaires -dont la France- résisteront bien sûr à cette volonté des peuples, mais leur résistance n’aura qu’un temps.
    Aussi le moment n’est-il pas venu de commencer à réfléchir aux conséquences qu’une décision d’arrêt de la dissuasion nucléaire pourrait avoir pour la région brestoise, aux (...)

  • CONFERENCE 8 FEVRIER LE NUCLEAIRE EN RADE DE BREST

    3 janvier

    Le nucléaire en rade de Brest, penser l’après...
    L’arme nucléaire est condamnée. L’opinion internationale y est largement opposée. A l’ONU 122 pays ont voté pour un traité demandant son abolition. Faisant fi de l’opinion de leur propre population, les puissances nucléaires -dont la France- résisteront bien sûr à cette volonté des peuples, mais leur résistance n’aura qu’un temps.
    Aussi le moment n’est-il pas venu de commencer à réfléchir aux conséquences qu’une décision d’arrêt de la dissuasion nucléaire (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45