Accueil > SECURITE HUMAINE ET PAIX > LE 5 MARS, DEBAT (MUNICIPALES) : FAIRE DE BREST UNE VILLE DE (...)

LE 5 MARS, DEBAT (MUNICIPALES) : FAIRE DE BREST UNE VILLE DE PAIX

mardi 3 mars 2020

ELECTIONS MUNICIPALES
Faire de Brest une ville de Paix

Lien vers l’intégralité du débat (1h52mn) : https://www.youtube.com/watch?v=GqtHfa3ENm8

A l’occasion des prochaines élections municipales, l’Université Européenne de la Paix invite les listes attachées à nos valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité à présenter leurs projets en matière d’économie et de culture de paix.

S’il est vrai que les questions de guerre et de paix ne relèvent pas directement des politiques municipales, l’histoire guerrière de notre cité, la place tout-à-fait particulière qu’elle occupe encore aujourd’hui dans le système de défense de notre pays en font ici des éléments incontournables du débat pour les municipales.

Le débat que nous organisons sera centré autour de trois questions.

Comment faire grandir à Brest la culture de la paix ?

Il est écrit dans l’Acte constitutif de l’UNESCO :« Les guerres prennent naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes qu’il faut élever les défenses de la paix » Quelles actions soutiendrez-vous, quelles mesures mettrez-vous en pratique à Brest pour répondre à cette préconisation de l’UNESCO et ceci afin de faire grandir dans une ville vouée depuis l’origine aux œuvres militaires une vraie culture de paix, d’une paix non assise sur des préparatifs de guerre comme nous y invite la maxime romaine, mais fondée sur l’éducation, la coopération, la solidarité et le respect des règles du droit international ?

Comment construire à Brest une économie de Paix ?

Dans un monde surarmé, plutôt que de continuer à développer des marchés militaires, ne vaudrait-il pas mieux investir les potentiels humains et matériels qui y sont actuellement employés dans des activités civiles à forte utilité sociale et environnementale ? Quelles filières civiles de diversification des potentiels aujourd’hui dévolus aux activités militaires vous semble-t-il souhaitable de développer à Brest ? Quelles actions comptez-vous entreprendre pour y parvenir ?

Comment Brest peut-elle s’inscrire dans le mouvement mondial pour le désarmement nucléaire ?

Quand bien même la dissuasion nucléaire ne relève en rien de la compétence d’une collectivité locale, compte tenu de la place qu’elle occupe dans la vie de Brest et de sa rade, nous ne pouvons rester indifférents au vaste mouvement mondial qui va conduire à l’interdiction des armes nucléaires par l’ONU. Si vous êtes élus considérerez-vous qu’il sera de votre responsabilité de soutenir ce mouvement et d’en anticiper les conséquences pour notre cité ? Quelles mesures prendrez-vous en ce sens ?

Pour échanger et en débattre avec les candidats à l’élection municipale, rendez-vous

Jeudi 5 mars
de 20h à 22h

dans la grande salle de la Maison des Syndicats,
1 rue de l’Harteloire

Brest, ville de paix, ce que l’université de la paix défend :

  • développement des activités d’éducation à la paix auprès des jeunes,
  • élargissement des plages d’ouverture de l’abri Sadi Carnot et possibilité d’accès par l’entrée haute pour les groupes accompagnés,
  • adhésion de Brest à l’association internationale des villes pour la paix,
  • création d’une maison de la Paix,
  • création d’une filière de déconstruction des navires en fin de vie,
  • un pôle industriel actif pour les énergies marines renouvelables (EMR),
  • adhésion de Brest à l’appel des villes pour que la France signe et ratifie le traité d’interdiction des armes nucléaires,
  • création d’un groupe de projet sur la reconversion de l’île Longue et le devenir de la rade.

L’Orange Bleue, numéro 118

JPEG - 1.1 Mo

L’Orange Bleue, numéro 118

Répondre à cet article