Accueil > SECURITE HUMAINE ET PAIX > DEMOCRATIE

DEMOCRATIE

mardi 3 mars 2020

Un an de gilets jaunes, plus de 2 mois de grèves sur la réforme des retraites, opinion publique et corps intermédiaires humiliés, méprisés par un gouvernement sourd et aveugle, un parlement aux ordres et de moins en moins représentatif, une information contrôlée par les milliardaires du CAC 40.

Et parallèlement une montée des communautarismes, des égoïsmes, des extrémismes, des racismes exacerbés par l’anonymat des réseaux dits « sociaux ». Une laïcité dont maintenant chacun a sa définition et récupérée par ses pires ennemis historiques, en particulier les catholiques intégristes, mais devenue dans leur discours un instrument anti-islam.

Violences policières

Ou plutôt « violences d’Etat » car la police ne fait qu’obéir aux ordres. Le Fusil LBD, contesté, soi-disant pas très précis, mais atteignant, comme par hasard, systématiquement la tête causant de nombreux traumatismes oculaires définitifs. La grenade de désengagement à peine retirée et aussitôt remplacée par une autre tout aussi dangereuse.. Et il ne faudrait pas oublier les morts de plus en plus fréquentes par asphyxie et hémorragie liées aux méthodes « commando » pratiquées lors d’interpellations dans la rue ou dans les commissariats.

Lois liberticides

Dès 1986, la loi fondamentale relative à la lutte contre le terrorisme institue des procédures d’exception. Elle est renforcée de 2001 à 2003 et dépasse alors largement le cadre terroriste. Puis le fichage systématique est mis en place dès 2011, date de lancement du compteur Linky, dont on sait depuis peu qu’il sert à espionner l’ensemble de la population. A partir du massacre des journalistes de Charlie Hebdo en 2015, l’ « état d’urgence » est reconduit durant plusieurs années. Pour toutes ces dérives, et ne parlons pas du « délit de blasphème » récemment introduit par la Garde des Sceaux…, la France a été de nombreuses fois condamnée par les instances internationales, en particulier par la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Actuellement des parlementaires travaillent à détricoter des lois, notamment sur la laïcité, la révocation des fonctionnaires, le service minimum renforcé durant les grèves et même sur la loi de 1901 sur les associations.

Une gouvernance verticale, solitaire

Oui, Monsieur le Président de la République, notre pays va mal. Cette dérive solitaire du pouvoir a été rendue possible par la constitution de la 5e République , taillée sur mesure pour le général De Gaulle et désormais à bout de souffle.

La défiance des Français à l’égard de ses représentants n’a jamais été aussi grande. Combien y-aura-t-il de votants aux prochaines élections ? Quand rétablirez-vous la représentation proportionnelle ?
Il est temps de se réveiller car la violence n’est déjà plus réservée à la police. Notre contrat social, garant de la paix et du vivre ensemble, est en péril.
La démocratie c’est fragile,... Il est temps de descendre de l’Olympe !
 
Joël Rolet
L’Orange Bleue, numéro 118

Répondre à cet article