Accueil > SECURITE HUMAINE ET PAIX > PAUVRETE ET PAIX

PAUVRETE ET PAIX

vendredi 8 mars 2019

Le rapport d’Oxfam dont il est fait référence par ailleurs dans ce journal montre qu’extrême pauvreté, d’une part, et accumulation de richesse, d’autre part, sont les caractéristiques majeures de notre monde aujourd’hui.

Il est essentiel pour l’Université Européenne de la Paix de dénoncer et de combattre cet état de faits. En effet cette situation contribue à engendrer des guerres qui vont causer des destructions, d’autres misères, des déplacements de populations, encore plus de pauvres.

Les affaires des marchands d’armes, elles, ne cessent de prospérer. Ceux qui vendent sont les pays les plus riches et leurs clients des pays où sévit la misère. Ainsi la France a augmenté ses ventes d’armes de 27 % entre 2013 et 2017, devenant le 3ème exportateur mondial. Nos dirigeants ne sont guère regardants sur les clients : récemment notre Président de la République était l’invité du Maréchal El Sissi qui n’est pas champion des droits de l’homme ! Qu’importe, s’il nous achète des Rafales...

Chez nos dirigeants l’heure n’est pas au désarmement, au contraire, puisque la Loi de Programmation Militaire a prévu 294,8 Mds d’Euros de dépenses de 2019 à 2025.

Oui mais, cela permet de créer des emplois, nous répète-t-on. C’est d’ailleurs pourquoi, chez nous, certains s’interdisent de mettre en cause la dissuasion nucléaire mortifère – « on ne scie pas la branche sur laquelle on est assis ! ».

Les sommes énormes consacrées à l’achat d’armement sont autant de moyens qui ne servent pas à satisfaire les besoins humains élémentaires dans les pays pauvres. Or ce sont hélas eux les principaux clients des armes vendues par les pays riches.

Et, chez nous ? Combien de moyens sont ainsi soustraits au développement de l’éducation, de la santé, à l’éradication de la pauvreté ?...

La lutte contre la la pauvreté et contre la prolifération des armes sont un même combat !
Continuons le combat, PACIFIQUE ...

Hervé CADIOU, l’Orange Bleue, numéro 113

Répondre à cet article