Accueil > NUCLEAIRE MILITAIRE > METTRE HORS LA LOI L’ARME NUCLEAIRE PRIX NOBEL DE LA PAIX !

METTRE HORS LA LOI L’ARME NUCLEAIRE PRIX NOBEL DE LA PAIX !

mardi 7 novembre 2017

Si en fin d’été 2017 on nous a beaucoup parlé des essais nucléaires nord-coréens, les médias ont été beaucoup moins loquaces sur le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires adopté par 63 % des États des Nations-Unies le 7 juillet 2017.

Nous condamnons fermement la politique du dictateur nord-coréen et ses menaces nucléaires, mais restons convaincus que seule la négociation peut régler la question, comme ce fut le cas pour la question de l’Iran.

JPEG - 18 ko

L’UEP n’en dénonce pas moins fermement l’hypocrisie des puissances dotées de l’arme nucléaire, dont la France, qui, tout en se réclamant du respect du Traité de Non Prolifération, en bafouent allègrement l’article VI. En effet dans cet article les puissances nucléaires s’étaient engagées à entamer un processus de désarmement nucléaire. Or ils poursuivent, au contraire, à grands frais, la modernisation de leur arsenal.

Toutes les armes nucléaires constituent une menace extrême pour l’Humanité. Elles sont en contradiction avec les Conventions de Genève de protection des populations civiles.

Le Traité approuvé par 122 États sur 192 à l’Assemblée Générale des Nations-Unies nous encourage à poursuivre notre action pour en finir avec la menace nucléaire.
L’attribution du prix Nobel de la Paix à la campagne internationale pour l’abolition de l’arme nucléaire (ICAN) est un nouvel encouragement.
La France a, jusqu’à présent, refusé de participer au vote prétextant que notre dissuasion nucléaire était notre assurance-vie  ! Si tel était le cas, de quel droit pouvons-nous refuser à d’autres États de se doter de la même protection ?
Selon un sondage d’ « Opinion Way », réalisé fin 2016, une majorité de nos concitoyens est favorable à ce que la France signe le traité d’interdiction des armes nucléaires.
Il faut continuer à alerter l’opinion, exiger qu’un véritable débat national soit ouvert sur cette question. Dans cet esprit l’UEP a décidé de diffuser le film « La bombe et nous », fin novembre-début décembre à Brest pour continuer à informer et à débattre.

Hervé CADIOU
Edito de l’Orange Bleue, n° 106

Répondre à cet article