Accueil > EDUCATION A LA PAIX > NOUS, PRESIDENTS....

NOUS, PRESIDENTS....

lundi 10 avril 2017

Moi, Président, j’engagerais un grand débat démocratique sur notre « dissuasion » nucléaire, qui montrera son caractère coûteux, inutile et dangereux et conduira notre pays à s’engager sur le chemin de l’élimination totale de la menace que constitue l’arme nucléaire pour l’Humanité. Hervé

Moi, présidente j’interdirais que des enfants naissent sous les bombes. Michèle

Moi, président d’une 6ème République, j’abandonnerais au « Musée des Horreurs » la valise nucléaire, je soumettrais toute décision concernant la défense aux représentants du peuple. Sous le contrôle des citoyens et avec leur participation j’agirais pour une politique volontariste de règlement des crises régionales dans le cadre de l’ONU. Yvon

Moi Présidente, j’imposerais dans les écoles, à tous niveaux, un temps de sensibilisation à la paix, la solidarité, l’écologie, afin de semer de bonnes petites graines dans les jeunes cerveaux qui feront la France de demain. Soazig

Moi, président, lors de mes voyages à l’étranger, j’arrêterai d’endosser les habits de super vrp des industriels de l’armement. Convaincu qu’en matière de paix les armes sont le problème et non la solution, j’aurai à cœur d’engager mon pays dans la voie du désarmement, et d’en faire l’un des tous premiers ambassadeurs de la paix dans le monde. Roland

Moi, président, je légiférerais pour que des citoyens (avec droit de vote), tirés au sort, siègent dans toutes les assemblées prenant les décisions sur les questions concernant le pays (dont la défense et les armements...) selon les modalités et le pourcentage à définir (Assemblée nationale et Sénat ; conseil régional et général ; municipalité...). Charles.

Moi, président, constatant qu’il y a urgence concernant le dérèglement climatique,j’agirais pour la prise en compte par la COP21 de l’empreinte carbone des activités militaires, puisque par exemple un quart de la consommation de kérozène est d’origine militaire..Je donnerais mandat à l’ONU pour mettre en place un programme de sécurité internationale contre les menaces climatiques résultant de ces acivités militaires, élaboré et signé par l’ensemble des pays. Guy

La paix interne de notre nation commence par des actions de long terme dans les zones en déshérence des quartiers périphériques de nos villes. Moi, président, je mettrai un terme aux fausses politiques de la ville, aux actions de répression, de stigmatisation, tour à tour imaginées par l’oligarchie parisienne. Il y a là un problème majeur à traiter avec le plus grand respect des populations et des solutions à imaginer avec leur participation. Les jeunes de ces quartiers n’ont pas vocation à remplir les prisons. Michel

Orange Bleue, n° 104

Répondre à cet article