Accueil > DEFENSE ET ARMEMENT > PRESIDENTIELLES 2017

PRESIDENTIELLES 2017

dimanche 26 février 2017

Défense, sécurité et paix

Quelle vision, quels engagements des candidat-e-s à l’élection présidentielle ?

Pour en débattre l’UEP organise une soirée en présence des porte-paroles locaux des candidat-e-s

Bâtie autour de quelques questions clés auxquelles ils seront invités à répondre, la réunion devrait permettre d’ouvrir avec le public un débat sur des aspects essentiels de la politique du pays sur lesquels l’avis des citoyens est rarement sollicité.
Venez nombreux en débattre le mercredi 29 mars à 20h30, salle de la Maison des syndicats, rue de l’Harteloire à Brest.

Questions aux candidat-e-s

Quel avenir pour l’arme nucléaire ?

L’Assemblée générale de l’ONU vient d’approuver, à une très large majorité, la convocation au printemps d’une conférence pour la négociation d’un traité d’interdiction des armes nucléaires. A contre-courant de cette aspiration de la communauté internationale, la France s’est opposée à cette résolution.

Si vous êtes élu-e reconsidérerez-vous la position de la France ? Et quel avenir envisagerez-vous pour notre force de dissuasion nucléaire ?

Vendre des armes en rafale ?

Au cours du dernier quinquennat, la France s’est affirmée comme l’un des tous premiers champions en matière d’exportation d’armes. Pour nombre d’entre elles, ces ventes ont été à destination de pays peu respectables, quand ce n’est pas en violation d’embargos de l’ONU ou de l’Union Européenne.

En matière de vente d’armes, les arguments économiques (défense de l’emploi, soutien de notre industrie d’armement, déficit extérieur...) doivent-ils l’emporter sur toute autre considération ? Par la vente de nos armes dans des zones à forte tension n’est-on pas en train de fabriquer des guerres, guerres servant à leur tour de prétexte pour écouler encore plus d’armes et valider la militarisation de nos économies en faillite ?

Dérèglement climatique, atteinte à l’environnement : défense pas responsable ?

Présentée comme l’une des réussite du quinquennat qui s’achève, la COP21 ne prend cependant pas en compte les activités militaires pourtant responsables de 20% environ du dérèglement climatique.

Trouvez-vous normal que les plus gros pollueurs soient ainsi exemptés de tout effort pour remédier aux atteintes sur le climat et l’environnement de leurs activités ?
La France, le pays hôte de la COP21, est l’un des rares à ne pas avoir signé la convention onusienne ENMOD de 1978 qui interdit de modifier l’environnement à des fins militaires. Signerez-vous cette convention ?

Réarmement ou développement, quelle voie privilégier ?

En 2015 les dépenses militaires du monde sont environ de 1700 milliards de $. Un record ! Et cependant cela ne suffirait pas. Pour preuve les Etats-Unis qui poussent leurs alliés dans l’OTAN à réarmer : le fameux 2% du PIB à réaliser dans la Défense. Dans le même temps l’aide au développement des pays pauvres régresse. Ainsi notre Aide Publique au Développement, que nous devions dans le cadre des Objectifs du Millénaire de l’an 2000 relever à 0,7% de notre PIB à l’horizon 2015, stagne à 0,35%.
2% ou 0,7% ? Pour la paix du monde et notre propre sécurité, de ces deux objectifs lequel vous paraît le plus important à atteindre ?

ONU, OTAN, UE : quels rôles pour la paix ?

Comment réformer l’ONU pour qu’elle demeure l’autorité de référence en matière de maintien de la paix et de la sécurité au plan international ? Le réarmement et l’élargissement de l’OTAN, cette alliance militaire occidentale héritée de la guerre froide, sont-ils des garants d’une plus grande sécurité du monde ? Quant à l’Union Européenne, la création d’une défense commune vous semble-t-elle la façon la plus appropriée pour elle d’honorer son prix Nobel de la Paix ?

Moyen-Orient : comment sortir de l’impasse ?

Les bombes déversées sur Alep, Mossoul ou Raqqa sont-elles la bonne réponse à l’éradication de Daech et du terrorisme ? Peut-on trouver une issue politique au conflit en excluant de la négociation une ou plusieurs des parties concernées ? Si la résolution du conflit israëlo-palestinien est une partie de la solution, notre complaisance vis-à-vis d’un gouvernement qui tous les jours bafoue les droits du peuple palestinien est-elle de nature à favoriser la paix ? La reconnaissance de la Palestine comme membre à part entière de l’ONU est un premier pas vers la paix. Les parlementaires français se sont déjà prononcés en ce sens. Il appartient désormais au chef de l’Etat d’officialiser cette reconnaissance. Si vous êtes élu-e vous y engagez-vous ?

Culture de défense ou culture de paix ?

Etat d’urgence permanent, création d’une garde nationale, pouvoirs de police renforcés...le spectre du terrorisme pousse à la militarisation de la société. Partout fleurit l’idéologie sécuritaire, la culture de défense. Avec le protocole 2016 « Armée-Ecole » son enseignement s’étend même désormais aux bancs de l’école primaire ! Que devient la culture, l’éducation à la paix, l’apprentissage du vivre ensemble, du respect des autres, de la fraternité ? L’introduction dans le système éducatif de la maternelle au supérieur d’une éducation à la paix et à la non violence, ne vous semble-t-elle pas une manière plus efficace de construire un monde de paix ?

Et pourquoi pas un ministère de la paix et de la fraternité pour coordonner toutes les actions en faveur de la paix ?

Orange Bleue, numéro 103

Répondre à cet article